retour à www.i-pornic.com
À Pornic, un transporteur de carburants au taquet ACTUALITÉ PRÉCEDENTE      ACTUALITÉ SUIVANTE  Football : Pornic monte en ligue la saison prochaine     LA LISTE DES ACTUALITÉS  
 
 
Le Chabut à Pornic : les riverains avaient raison mais...




27/05/2016 - Le Courrier du pays de Retz - Chabut : les riverains avaient raison mais...

http://www.lecourrierdupaysderetz.fr/2016/05/27/chabut-les-riverains-avaient-raison-mais




Depuis quatre ans, les riverains défendent la spécificité du Chabut face aux projets immobiliers "inadaptés" prévus au Chabut. Un document va dans leur sens, mais trop tard.

Depuis 2012, les riverains le clament haut et fort : ces projets immobiliers ne sont pas adaptés au Chabut. Finalement, le Conseil d’architecture d’urbanisme et de l’environnement de Loire-Atlantique (CAUE) leur a donné raison… Dans ce vieux quartier de pêcheurs de Pornic, quatre projets étaient prévus (1). Mais celui qui avait poussé des habitants à se réunir en association se situe au bout de la rue du Beau Site. Une réunion de quartier, organisée par la mairie en septembre 2012, avait permis de l’annoncer. Trois maisons devraient être rasées pour faire place à une résidence de 25 logements. Le permis a été accordé le 8 juillet 2013 à la SNC Marignan Résidences (avant la modification du PLU de Pornic). Entre-temps, le projet a été repoussé faisant l’objet d’un recours, qui a finalement été levé.

Voilà donc le projet relancé avec ses « 1 703 m² de surface de plancher », annonce-t-on sur le site internet d’Artha architecture, cabinet d’architecte en charge du projet et ses « 25 logements, de 2 à 4 pièces avec balcon ou terrasse… » Le site internet du promoteur Marignan annonce un lancement de commercialisation les 27, 28 et 29 mai. La promotion du projet a déjà commencé en plaçant des oriflammes et en affichant un visuel du projet sur l’une des maisons qui va être détruite, en fléchant le chemin et en installant une petite permanence dans l’une des maisons de la rue du Beau Site.

Dans le quartier, le projet inquiète toujours les riverains, déjà échaudés par la construction du Manoir du Chabut, un immeuble construit au 15 bis, rue du Chabut qui avait fait couler de l’encre et poussé l’association à monter au créneau. Après plusieurs courriers et plusieurs articles dans la presse locale, le Conseil d’architecture d’urbanisme et de l’environnement de Loire-Atlantique (CAUE) a mené une étude sur le Chabut, à la demande de la commune de Pornic, afin de l’aider à réfléchir sur l’évolution du quartier.



Septembre 2015 - Reflexion sur l'évolution du quartier du Chabut


Un document de la Mairie de Pornic

A l'instar de la photo de couverture de ce document qui n'a rien à voir avec le Chabut, on comprendra rapidement à sa lecture que la mairie de Pornic inclut le Chabut dans un bien plus vaste projet ... immobilier, loin, bien loin des préoccupations de ceux qui vivent au quotidien dans ce quartier.

téléchargez le document complet (41pages)






16/12/2014 - Ouest France - quartier du Chabut : des études d'urbanisme»


http://www.ouest-france.fr/littoral-et-quartier-du-chabut-des-etudes-durbanisme-3062432/a>




Les spécialistes de l'urbanisme à la mairie de Pornic ont dessiné un périmètre longeant la côte pornicaise. Une étude y sera réalisée pour définir les règles à mettre en place en matière d'urbanisme dans ce secteur. « Les zones urbaines situées en frange côtière comprennent des propriétés littorales ou en second rang qu'il convient de préserver d'une urbanisation trop dense », précise le maire Jean-Michel Brard.

En attendant les résultats de cette étude qui va observer l'architecture et le paysage sur le littoral, la mairie peut bloquer la réalisation d'une opération immobilière. Vendredi soir, en conseil municipal, les élus de l'opposition ont salué cette initiative, Philippe Gautereau rappelant les risques d'une urbanisation trop rapide, indiquant que tous les dix ans, c'est l'équivalent d'un département français qui disparaît.

Dans le même esprit, et pour préserver l'un des plus anciens quartiers de Pornic, les élus vont demander une étude sur l'urbanisme dans la zone du Chabut. Ici, les anciennes maisons de pêcheurs subsistent dans le paysage. « La situation du Chabut, près du centre-ville, a engendré de nombreux projets immobiliers. Le quartier est sujet à des projets immobiliers collectifs qui, sans continuité les uns avec les autres, ne permettent pas de faire émerger un projet d'ensemble harmonieux et fonctionnel », précise l'adjoint à l'urbanisme, Edgard Barbe. Pour inscrire de nouvelles règles au Plan local d'urbanisme et mieux assurer la cohésion architecturale du quartier, les élus attendent donc les résultats de cette étude. En attendant, ils pourront, ici aussi, mettre en attente des projets de construction.




06/11/2013 - Ouest France - Au Chabut, le projet de résidence passe mal»





Vingt-cinq logements devraient voir le jour rue du Beau Site. Le permis de construire a été accordé cet été, ce qui pousse l'association des riverains à se mobiliser. Encore...

Ils sont en colère, les riverains que réunit l’association du Chabut. Au bout de la rue du Beau Site, une résidence devrait bientôt voir le jour à la place de trois petites maisons qui vont être détruites. Le permis a été accordé le 8 juillet à la SNC Marignan Résidences.
25 logements, 50 places de parking…

Le projet est assez impressionnant pour le quartier : 25 logements, 50 places de parking, un sous-sol, un rez-de-chaussée et 3 niveaux, qui avaient déjà provoqué la colère des habitants lors de la réunion de présentation en septembre 2012.

Pour une habitante, “il ne correspond pas au gabarit des rues étroites et sans trottoirs.” Pour les riverains, “il n’y a pas la place pour une circulation dense de 50 voitures en plus.” “Le Chabut est un quartier de pêcheurs, construit à la fin du XIXe“, souligne la présidente Sophie Dutertre qui précise : “Mon arrière-arrière grand-père était François Bougoüin, l’architecte qui a restauré le château de Pornic fin XIXe. Je connais bien la commune et ce quartier est historique. Pourtant, on n’y reconnaît aucune spécificité architecturale, aucune protection patrimoniale…”

Pour cette fille de chef du protocole qui a grandi à l’Assemblée nationale, les détails des documents administratifs ne sont pas un problème. “Je ne suis pas juriste mais je sais déchiffrer ces documents.”
Recours au tribunal administratif

Et le dernier permis de construire pour cette résidence, elle l’a épluché. Les premières questions qui lui viennent à l’esprit sont sur la forme : “Pourquoi l’avoir accordé, alors que plusieurs pièces ne sont pas signées par l’architecte?” D’autre part, “le panneau de permis de construire doit être visible de la voie publique. Là il est affiché sur une voie privée. Aucun recours de tiers n’est possible.” En plus, “sur certains plans, des maisons disparaissent. Les limites de propriété ne sont pas claires. L’accès aux réseaux est à peine évoqué.”

L’association a écrit au préfet pour faire part de ces remarques et a déposé un recours au tribunal administratif contre ce permis. Affaire à suivre…

Marion Vallée

Utile. Pour joindre l’association du Chabut, ses habitants et ses amis butés unis et tranquilles : chabut@laposte.net. Un appel aux cotisations est lancé pour les personnes intéressées par ce que défend l’association.




Lundi 30/09/2013 - Ouest France - La réponse de la mairie de Pornic : « Nous devons densifier en centre-ville »





Jean Mercier, directeur général des services de la mairie

« Une ville délivre des permis de construire au nom de l'État. Elle doit respecter une réglementation et notamment la loi SRU et la loi littorale, qui précisent que l'on doit densifier en centre-ville afin de préserver les espaces. Un refus de permis doit être très motivé. Si je n'ai pas de raisons objectives, le promoteur peut porter plainte contre la mairie.

Il y avait déjà eu un recours de cette association contre le projet du Manoir du Chabut, porté par le promoteur Hourdier. La mairie avait alors retiré le permis. Et on avait été débouté par le tribunal administratif de Nantes qui a statué en faveur du promoteur. Sur ce deuxième permis, on a été conseillé par un cabinet de juristes spécialisés qui nous a dit que le permis déposé était valide. Je ne suis pas magistrat, la justice tranchera.

Concernant la circulation, je rappelle qu'il y avait auparavant dans ce quartier une école élémentaire. Il y a toujours eu de la circulation.

Quant au panneau, il est visible de la voie publique. Et il est affiché en mairie. »



samedi 29/09/2013 - Ouest France - À Pornic, le Chabut bute sur un projet immobilier





Un permis de construire a été accordé pour un projet de 25 logements dans l'ancien quartier de pêcheurs de Pornic. « Il ne correspond pas au gabarit des rues », estiment des riverains qui ont déposé un recours.

« C'est un quartier historique de Pornic », dit une habitante du quartier du Chabut. Construit sur un rocher de schiste, le Chabut surplombe la rue du Canal, près du vieux port. Des petites maisons basses, blanches, couvertes de tuiles, y ont été construites pour les pêcheurs à la fin du XIX e siècle. Autour, on trouve aussi des maisons plus bourgeoises. Les rues sont très étroites, sans trottoir. « Les camions ne peuvent pas y circuler. »

Au bout d'une impasse, rue du Beau-Site, un projet de résidence doit bientôt voir le jour sur un terrain en pente. Là où se trouvent trois petites maisons inhabitées qui vont être détruites. Le permis a été accordé le 8 juillet à la SNC Marignan Résidences.

Le 1 er septembre, l'association du Chabut a déposé un recours auprès du tribunal administratif de Nantes contre ce permis. Un an presque après sa création. « Le Chabut » est en effet né au lendemain d'une réunion d'information houleuse sur ce projet immobilier du Beau Site : 25 logements, 50 places de parking, un sous-sol, un rez-de-chaussée et 3 niveaux, qui avaient provoqué la colère des habitants.

« Pas la place pour une circulation dense »

« 50 voitures de plus dans le quartier, vous imaginez ? ! », s'indigne Thérèse Hémeury, une voisine. « Le projet ne correspond pas au gabarit des rues. Il n'y a pas la place pour une circulation dense. Ce ne serait pas vivable », poursuit sa soeur Françoise. « C'est déjà hyper dangereux pour les enfants. » Elles se défendent de soutenir leurs intérêts privés. « C'est un petit quartier familial, calme, avec des relations de voisinage », qui, elles le redoutent, va être transformé. « Le carré de petites maisons de pêcheurs va disparaître. »

Pour demander le retrait du permis de construire, l'association a examiné les détails du permis. « Je ne suis pas juriste, mais illustratrice, dit Sophie Dutertre, présidente de l'association. Mais j'ai grandi à l'Assemblée nationale, avec un père chef du protocole. J'ai appris à regarder les détails. Ces points que personne ne lit parce que c'est pénible. » À commencer par l'affichage du permis de construire. « Le panneau est sur une voie privée, donc pas visible de la voie publique. Aucun recours de tiers n'est possible », peste une habitante. Entre autres arguments, sur la forme, mis en avant : « plusieurs pièces n'ont pas été signées par l'architecte. Les plans ne rendent pas compte du quartier dans son ensemble. » Une voisine s'agace : « nous, on a déposé un permis de construire chiadé pour une extension de plain-pied. Refusé. Parce qu'il manquait des vues d'ensemble. »

Pas le seul projet immobilier

Sur le fond, l'association rappelle que les maisons ici sont construites sur un rocher. « Vous creusez 50 cm, vous tombez dessus, confirme Thérèse Hémeury. Notre maison n'a aucune fondation, elle est posée sur le rocher. » L'association affirme aussi que l'accès pour arriver au futur immeuble n'est pas assez large, pour les véhicules incendie notamment. L'association regrette qu'il n'y ait pas eu plus de concertation. « C'est du non-respect d'un territoire et des gens qui y vivent. »

D'autres projets immobiliers dans le quartier provoquent leur courroux. Comme celui prévu sur le site de l'ancienne école Rouzel, démolie : deux bâtiments de trois étages, l'un avec 19 logements sociaux pour personnes âgées, et l'autre avec 12 logements en accession libre, avec 44 parkings. Le permis a été accordé le 20 août.

Nadine BOURSIER.



Page du site internet du Courier du Pays de Retz du 24 janvier 2013




Pour le moment ce n’est qu’un immense trou, au 15bis rue du Chabut, à Pornic. Mais, depuis mercredi 16 janvier, le quartier a pu constater la reprise du chantier. Les travaux, visant à construire le “Manoir du Chabut”, petit immeuble composé de quatre appartements et d’un parking souterrain, avaient été stoppés le 16 novembre 2012. La cause : le permis de construire avait été retiré par la mairie pour fraude.

“On ne savait pas”
La mairie avait appris, par courrier de l’Ordre des architectes, que l’architecte ayant signé la demande de permis était radié depuis le 26 septembre 2008. Bien avant le dépôt du permis, accordé par la mairie le 6 octobre 2009. Une première victoire de l’association Le Chabut, créée en octobre 2012 pour lutter contre le nombre croissant de projets immobilier dans le quartier (notre édition du 16 novembre 2012).
Une victoire de courte durée puisque le promoteur, la société civile de construction vente B & B de Bernard Hourdier et Benoît Monier, a saisi le juge des référés. Et mercredi 9 janvier, le tribunal administratif de Nantes a statué en sa faveur, demandant à la mairie de Pornic “la suspension du retrait et refus du permis de construire”.
“Nous sommes très contents que le chantier reprenne, commente Benoît Monier. On n’a pas compris quand on nous a retiré ce permis qui nous avait été accordé trois ans plus tôt. ” Le promoteur l’affirme : “Nous ne savions pas que l’architecte était radié. On l’a su il y a seulement trois mois. De ce fait, nous n’avons commis aucune fraude. “
Le tribunal administratif a aussi considéré qu’il y avait urgence : “ Nous avions deux acheteurs qui se sont rétractés, explique le promoteur. Et le chantier a pris du retard. Nous devions avoir terminé le bâtiment à l’été 2013. À compter d’aujourd’hui, il faudra compter un an pour que le projet sorte de terre.” Autant d’arguments que la société civile plaidera quand le dossier sera jugé sur le fond : “Nous demanderons sûrement des dommages et intérêts à la ville.”

Reste le jugement sur le fond
La ville de Pornic, quant à elle, n’a pas encore décidé des suites à donner à cette affaire : “Nous venons d’être mis au courant, réagit Michel Barbereau, adjoint au maire, qui refuse de commenter une décision de justice. Je ne sais pas encore si on fera appel. Nous, nous trouvions qu’il y avait un vice de forme. Mais aujourd’hui, si le retrait est suspendu, est-ce que le jugement fait force et rétablit d’autorité le permis ? Toutes ces questions sont en analyse. C’est trop tôt pour le dire.”
Quoi qu’il en soit, d’après l’adjoint, “nous ne sommes pas chargés de vérifier si l’architecte est radié ou non. S’il n’y a pas d’assurance, c’est un problème entre l’architecte et le promoteur.” Pour le moment, il ne s’agit que d’une décision en référé. Reste le jugement sur le fond du dossier.
Et l’association Le Chabut, elle, ne compte pas en rester là : “Ce permis de construire présente des incohérences. Qui est responsable ?, s’interroge la présidente Sophie Dutertre. Je compte bien écrire au maire et au préfet. Nous refusons de voir ce vieux quartier de pêcheurs défigurer par une urbanisation sans réflexion globale. “

Marion Vallée




Extrait du presse-océan du 30 novembre 2012



Page du site internet du Courier du Pays de Retz du 26 novembre 2012




Ils s’appellent Chabut. Comme leur quartier bien sûr, mais aussi comme “Chabut, ses habitants et ses amis butés, unis et tranquilles”. Devant le nombre croissant de projets sur ce secteur de Pornic, les habitants ont organisé leur rébellion en montant une association. Et ont déjà obtenu une première victoire.

• Projet n°1, 25 logements rue du Beau site

Mi-septembre, les habitants du quartier reçoivent une invitation pour une réunion organisée par la mairie. “On est arrivé un peu inquiet, se souvient Sophie Dutertre. On pensait qu’ils allaient nous parler de la maison en vente en ce moment”. Surprise : il s’agit en fait d’un autre complexe immobilier de 25 logements, rue du Beau site, sur trois parcelles. “25 logements, 50 places de parking ! Est-ce que l’on peut imaginer le flux que cela va engendrer ?” Les rues du quartier restent en effet étroites et le Chabut a ceci de particulier qu’il est “posé sur un rocher. Ce sont d’anciennes maisons de pêcheurs sans fondation, mais bourrés de charme. Pourtant, on n’y reconnaît aucune spécificité architecturale, aucune protection patrimonale”. Autant dire que la réunion a été tendue. Interpellé par l’opposition sur cette réunion lors du dernier conseil municipal, Jean-Michel Brard, adjoint, a rappelé qu’il n’était pas porteur du projet. “Mais il y a des droits à construire à respecter”, a noté l’adjoint.

• Projet n°2, le foyer-logement
Lors du dernier conseil municipal, le maire Philippe Boënnec a rappelé avec force le caractère “social” du projet de foyer logement qui sera construit à la place de l’ancienne école André-Rouzel, actuellement en cours de démolition. Ce qui dérange a Chabut, ce n’est pas tant le principe que les premières esquisses qui ont été données aux riverains. “On retrouve une bâtisse de trois étages face à nos maisons au rez de chaussée”. Comble de l’incohérence pour Mélanie Quéméré, autre habitante du Chabut, “en 2006, un habitant s’est vu refuser à côté un permis de construire pour rajouter un étage à sa maison. Le refus stipulait que l’étage viendrait rompre l’harmonie de la rue. Sic !”.

A ceux qui reprocheraient à ces habitants leur volonté de ne voir le quartier bouger, le Chabut a la réponse. “On sait que le monde bouge. Mais c’est justement parce qu’il bouge, que ce genre de projets ne devrait pas exister”.

• Projet n°3, le 15bis rue du Chabut

C’est en quelque sorte la première victoire de l’association. Elle a en effet demandé l’annulation d’un permis de construire pour quatre logements 15bis du Chabut. Demande qui a été acceptée par la municipalité qui procède actuellement à ce retrait. La raison retenue par la mairie : un courrier de l’Ordre des architectes de Bretagne reçu à la mairie “stipulant que l’architecte ayant signé la demande de permis avait été radié le 26 septembre 2008, soit préalablement au dépôt dudit permis”.

Le courrier n’est pas arrivé par hasard à la mairie. Des recherches avaient été effectuées par les riverains du projet. “On est allé à la mairie dès le début des travaux pour en demander l’arrêt”.

Contacté, Michel Barbereau, adjoint au maire, confirme la procédure de retrait. “Nous prenons toutes les précautions pour que cela se fasse dans les règles. Mais il faut quelques jours, voire quelques semaines”.

• L’association
L’association Chabut créée un peu dans l’urgence - “il fallait que l’on agisse vite” - va donc petit à petit prendre de l’ampleur. Et pas seulement pour le quartier. “On a bien noté dans les statuts que l’on pourrait s’intéresser à tout projet d’urbanisme sur Pornic”. Une assemblée générale devrait bientôt lieu, des tracts sont imprimés. En attendant une possible manifestation.

Utile. Contact de l’association Chabut. chabut@laposte.net



 
Commentaire du 08/07/16 à 20:44 par papy
 hé oui c 'est le PLU qui a plut
Les maisons noires
les façade gris foncé, rouge BORDEAU,
aucun respect de l'urbanisne pour les clôtures
aucun contrôle, aucun service capable de contrôler les permis, combien de
clôtures en plaques de ciment sans contrôle
Les maisons à 36 métres de la mer ( avec piscine) loi littoral................
ZONE URBANISEE a dit le chef
Combien de clôtures hors la loi ( voir les résidences de certains élus)
vivons heureux vivons cachés
< combien de terrains non construits non entretenus.
Voir la maison derrière la thalasso, tout gris, tout terne, très haute
un boulet dans le paysage juste devant une autre maison qui n'a plus vue sur
RIEN.(maison contemporaine dans un site qui ne l'est plus( dictons des
architectes sortis de où....écoles modernes..il faut vendre à tous prix)
Pot de terre contre pot de fer.. Nous entrerons dans la carrière quand nos
ainés ni seront plus.Dehors les vieux, vive les jeunes et advienne que pourra.
>C'est la CHIENLIE disait note bon Charles.
le chanteur ANTOINE NI AVAIT PAS PENSE.Au lieu de mettre Jhonny en cage à
MEDRANO il faudrait en mettre d'autres .
Allez les bleus et vive la FRANCE.


 Commentaire n° 7885
 
 
 
 
 
Commentaire du 05/07/16 à 09:46 par SOS quartier typique en danger
 Quelle honte ce genre de projet dans un tel quartier!

C'est du mépris total vis-à-vis du cachet et de l'histoire de ce site, et
c'est malheureusement à l'image de trop nombreux projets immobiliers en ce
moment à Pornic, c'est-à-dire des immeubles de 3 ou 4 étages en ardoise et à
forte pente dans des quartiers pavillonnaires en tuile.

Comment se fait-il que la municipalité laisse faire ainsi (est-ce une
volonté?) et surtout que les habitants ne se manifestent pas plus contre ce
type de programme.

Si j'étais riverain, il y a longtemps que je me serais insurgé contre cette
architecture qui défigure petit à petit ces quartiers.
En espérant que beaucoup d'autres personnes s'indignent de la même façon pour
empêcher ce type d'investissement à l'avenir...


 Commentaire n° 7883
 
 
 
 
 
Commentaire du 31/05/16 à 17:22 par quartier populaire ?
 Merci beaucoup, Claude, pour ces intéressantes informations sur ce que furent
les habitants de ce quartier et au style des habitations.

STOP aux constructions tout azimut, partout, tout le temps ... cause de
surpopulation.

Attention aussi et surtout à la GENTRIFICATION et à l'ENTRE-SOI : ou sont donc
partis artisans et pêcheurs ?

Je dis bien ARTISANS : garagiste, menuisier.

Et pas pseudo artistes ou autres intello-bobos et qui en soupé des grandes
villes...


 Commentaire n° 7832
 
 
 
 
 
Commentaire du 29/05/16 à 10:33 par Claude
 Bonjour,
Je voudrais signaler que le quartier du Chabut n'est pas -contrairement à ce qui paraît assuré - un quartier de pêcheurs ! Il est tout autant, voire davantage un quartier d'artisans : menuisiers, garagistes... avec les familles Paillusseau, Gaudin, Vallée, Pinel et des pêcheurs : André, Moinard, qui sont venus plus tard, de Noirmoutier entre autre. Il suffit pour s'en convaincre de demander à quelques 'anciens' issus de ce quartier, comme le Pdt du Carnaval de printemps.
Cela ne joue pas dans le souci de l'aménagement ou du projet mais souhaite rétablir une vérité : le Chabut n'est pas avant tout un quartier de pêcheurs, il est d'abord un quartier d'artisans. L'un ne défigure pas l'autre mais dit seulement la réalité.
Quant aux maisons basses typiques, elles représentent le Pays de Retz : il suffit pour s'en convaincre d'aller dans les autres bourgs : Les Moutiers, Fresnay, St Cyr, Chauvé : les maisons basses, tuilées tiges de bottes, avec un muret et courette à l'avant, des ouvertures briquetées. Ces bâtisses ne sont pas le style 'pêcheurs' mais le style Pays de Retz (que l'on suit jusqu'au sud : St Etienne MM , Paulx...). On pourrait tout le moins envisager que dans nos rues, ce style soit préservé, dans les ouvertures réaménagées, les courettes parfois effacées, des vélux apposés... Si au moins l'enquête, qui représente bien ce style, pouvait inciter nos décideurs locaux à faire respecter ce style simple et modeste mais qui a son harmonie et ses spécificités.
Claude


 Commentaire n° 7831
 
 
 
 
 
Commentaire du 18/12/14 à 17:02 par Mascarade
 de la poudre aux yeux

quand on veut éluder un problème, on crée une commission ou l'on confie cela à une société de conseil pour faire des études, pour aboutir à un bel enterrement de 1ère classe...

Si l'on confie cela aux mêmes sociétés qu'auparavant celles qui ont pondu les quais, la ria, les escalators on est mal barré


 Commentaire n° 6515
 
 
 
 
 
Commentaire du 09/10/13 à 12:55 par Pornicais
 Le problème de cette personne, c'est qu'elle a été habitué à faire ce qu'elle voulait depuis trop d'années.

Quand vous êtes directeur d'un établissement hospitalier de plusieurs centaines de salariés, vous pensez que tout vous est permis, un peu comme si vous étiez responsable d'une belle PME que vous aviez créé de toutes pièces et pour laquelle vous pensez avoir un certain droit de regard et de vous permettre quelques écarts. Mais non, un directeur d'établissement hospitalier doit se souvenir que son salaire est payé par les contribuables, pas toujours par son mérite.

C'est pareil ici !

Quand vous êtes directeur d'un service municipal de plusieurs centaines de salariés, vous pensez aussi que tout vous est permis. Mais non, un directeur de service municipal doit se souvenir que son salaire est payé par les contribuables, pas par son mérite, surtout quand il a été parachuté dans des circonstances particulières et que le précédent directeur a été viré comme un malpropre alors qu'il a été regretté pour sa droiture et malgré ses défauts.

Ce monsieur est connu pour ses sorties médiatiques peu honorables et peu dignes du premier représentant administratif de la ville (rappelez-vous la cérémonie du nouvel an). En voici une de plus. Pour résumer : 'sortons le parapluie. Rien à faire de ces quelques irréductibles pornicais qui nous emm...'

Mais, ne vous formalisez pas. Le jeu des chaises musicales est en place comme en 2008. Après Boucard et Pasquier, ce sera le tour de Mercier, le nouveau boulet de l'administration boennecienne.

Sauf si Pornic monte en nationale 1 !

LOL, c'te blague !

De toute façon, la question de sa re-nomination à ce poste en mars 2014 ne se pose même pas !


 Commentaire n° 4356
 
 
 
 
 
Commentaire du 09/10/13 à 09:16 par Liberté Egalité Fraternité
 Rappel : l'obligation de 'RESERVE' fait partie intégrante du Statut des Agents de
droit Public.

Les Fonctionnaires Territoriaux sont présents dans les Collectivités pour exécuter
les politiques initiées par les élus.

Ainsi, toute déclaration publique à caractère politique doit être le fait d'un
'Elu'.

En 2006, Mr Mercier fut le mandataire de Mr Boennec lors de campagne pour
l'élection à la députation.

C'est après ce scrutin, que Mr Mercier apparaît à la Mairie de Pornic en tant que
Directeur Général des Services Municipaux.............

Pour information Mr Mercier est également Président du Pornic Basket........


 Commentaire n° 4352
 
 
 
 
 
Commentaire du 08/10/13 à 20:23 par Pornicaise
 Je suis d'accords avec Claudius depuis quand un agent de la collectivité se permet de parler à la place du Politique? Il me semble que Mr Mercier n'est pas été Elu par les Pornicais , ce monsieur se permet des droits qu'il n'a pas.
Que pensent les Elus de la majorité? En tant qu'Electeur j'aimerai connaitre leur avis sur ces prises de positions.


 Commentaire n° 4350
 
 
 
 
 
Commentaire du 08/10/13 à 18:53 par honnete
 le projet d'immeuble de la rue du beau site ne respecte pas le PLU.la largeur des rues en double sens devrait etre au minimum de 5m. Compte tenu du caractère illégal de la servitude prévu au PLU les rues desservant l’immeuble n'atteindront jamais la largeur nécessaire.
Quid des accès des voitures, des véhicules de securité. Si ce projet voyait le jour , il faudra savoir rechercher les responsables lors des problèmes inévitables et peut etre dramatiques qui surviendront au regard des rues sans trottoirs, etroites, fréquentées par des enfants du quartier, les scolaires du collège voisin.
Ces messieurs de la mairie sont-ils aveugles à ce point pour ne pas reconnaitre ce simple élément? Que se cache t-il derrière ces manœuvres?
l'odeur des palmiers aurait-elle perturbée à ce point leur raison.
2014 sera peut-etre là pour les rappeler à cette raison.


 Commentaire n° 4349
 
 
 
 
 
Commentaire du 30/09/13 à 11:40 par Pornicais
 J. Mercier se retranche derrière la loi pour ne pas trouver un arrangement entre
les riverains et le promoteur. Un peu trop facile, je trouve comme comportement.

Je croyais pourtant que la mairie avait son mot à dire (hauteur des murs, espace
verts, gène pour le voisinage, sécurité, pollution, ... ) et souvent la mairie ne
se gène pas pour refuser des permis pour des motifs 100 fois plus futiles que
ceux avancés par l'asso.

J. Mercier a t-il reçu des consignes de plus haut pour ne pas aider les riverains
? En résumé, si vous ne faites pas partie de la clique à Pornic, la clique ne
fera rien pour vous. 2 poids, 2 mesures, comme d'habitude à Pornic !


 Commentaire n° 4324
 
 
 
 
 
Commentaire du 27/09/13 à 10:30 par CHABUT
 http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F1988.xhtml
à propos de l'affichage du permis:

Le bénéficiaire de l'autorisation doit afficher sur son terrain un extrait de cette autorisation dès réception de la notification de l'arrêté ou dès la date à laquelle le permis tacite ou la décision de non-opposition à la déclaration préalable est acquis et pendant toute la durée du chantier.

Cet affichage prend la forme d'un panneau rectangulaire dont les dimensions doivent être supérieures à 80 centimètres.

Le panneau doit être installé de telle sorte que les renseignements qu'il contient soient lisibles de la voie publique.
.....
L'inobservation de cette formalité peut entraîner des sanctions pénales.


 Commentaire n° 4316
 
 
 
 
 
Commentaire du 27/09/13 à 10:00 par Claudius44
 J'aborde un sujet de Ouest-France du jeudi 26 septembre: A Pornic, le Chabut bute sur un projet immobilier .

Est-ce que ce ne sont pas les promoteurs qui buttent sur la bute du Chabut ?

J'ai été contacté dans l'été par Sophie Dutertre qui m'a informé des différents projets immobiliers qui allaient saccager ce joli et vieux village du Chabut.

On ne peut pas y rester indifférent, car il ne reste pas à Pornic beaucoup de villages de pécheurs de la fin du 19ème siècle.

La municipalité a un devoir de mémoire de réhabiliter ce quartier plutot que de laisser détruire des maisons pour les laisser aux promoteurs .

A l'emplacement de l'école publique, le terrain étant communal, un jardin public serait bienvenu pour les familles de ce quartier. La municipalité a su réhabiliter le quartier des halles, pourquoi laisser celui-ci aux promoteurs affamés du territoire pornicais .

Ce quartier doit etre réhabilité en lui gardant ce caractère d'un village de pécheurs où il fait bon respirer l'air de la ria .

Le DGS de la ville de Pornic dit dans ce journal: 'nous devons densifier en centre ville'... Le DGS est un fonctionnaire territorial, il est chargé de diriger les services administratifs de la commune et non d'émettre publiquement surtout dans la presse des choix politiques.

Ce village doit garder son identité, La municipalité doit tout faire pour le bien vivre des ses habitants .

Claudius 44


 Commentaire n° 4320
 
 
 
 
 
Commentaire du 23/12/12 à 14:42 par jean-François Dalle (mail:juskodan@free.fr)
 BIG UP !

Message de soutient total au chabutés ! Parce que j'y ai fait des séjours, que je connais la rue des
prés et ses alentours et que je vois pas ce quartier s'expandre. En hauteur s'entend. Le flot de
circulation serait insupportable. L'harmonie serait détruite.
Ne laissez pas devenir Pornic un petit St Tropez vendéen !

Haut les coeurs les chabutés ! Keep the pressure Sophie !

Jean-François DALLE


 Commentaire n° 3770
 
 
 
 
 
Commentaire du 07/12/12 à 18:27 par Jeune pornicaise (mail:isabelle.decroisant@gmail.com)
 Au delà de tout interêt économique ou plaisir quotidien de vie de quartier je tiens à signaler que chacun d'entre nous devrait rester un minimum sociable! Je suis absolmument pour tous ces changements qui peuvent apporter bien être et belles conditions de vies au sein de Pornic, je n'irais pas jusqu'à dire qu'il faut dénaturer et ou denaturaliser notre si beau Pornic, que l'on aime tous tant, mais les choses évoluent et l'on se doit d'accepter ces idées du changement, surtout quand ceci ne peuvent être que bénéfiques!

 Commentaire n° 3742
 
 
 
 
 
Commentaire du 28/11/12 à 15:34 par Coffee
 Association du Chabut, tenez bon.
Il y a quelques années, un promoteur voulait construire un immeuble dans la rue des Gâts face au parking de Verdun , au 19 et 21. Après deux ans de négociations avec le maire,le promoteur a obtenu son permis de construire... qui lui a été retiré quelques temps après. Raison : Cet immeuble aurait gènéré un flux trop important de voitures, trop d'étages vis à vis des autres constructions et surtout ceci se passait peu de temps avant les législatives ( mécontentement des riverains sur ce projet). 2014 est proche , tout est possible.


 Commentaire n° 3719
 
 
 
 
 
Commentaire du 26/11/12 à 12:01 par Pornicais
 A ce rythme, Philippe Boennec, avec sa vision immobilière galopante, va finir par se mettre tout Pornic à dos. Encore une association formée pour lutter contres des projets immobiliers où le fric passe avant le bien être des voisins. Pas étonnant que Pornic détienne le record d'associations proportionnellement au nombre d'habitants : il doit exister une bonne dizaine de ces associations qui luttent contre les débordements immobiliers de la mairie. Ces associations feraient mieux de s'unir d'ailleurs plutôt que de se dépatouiller seule dans leur coin : leurs actions seraient plus significatives.

La construction de cette résidence est encore faite en dépit du bon sens. Mais il est tellement plus lucratif d'implanter des nouveaux projets dans des zones déjà habitées que de les implanter dans des projets immobiliers vierges où la simple présence d'un bâtiment de cet envergure dévaloriseraient tous les terrains alentours. Je comprend ces voisins qui, non seulement vont subir des pollutions visuelles, sonores, vont rencontrer des difficultés de circulation supplémentaires, mais aussi vont subir des dépréciations de leur bien immobilier à cause de cette structure disgracieuse et complétement incongrue dans ce quartier presque tranquille de Pornic.

Pauvre Jean-Michel Brard qui comprend qu'il y a encore quelque chose de pas très clair dans cette affaire et qui se sent obligé de préciser qu'il n'est pas le porteur de ce projet pour se démarquer. Mais il y a 'des droits à construire à respecter' dit t-il. Il n'y a rien de plus déplorable d'entendre cette ineptie que les élus nous balancent à longueur de temps dans les médias pour justifier des procédures inavouables et anti-démocratiques. Donc, encore une fois, on fait prévaloir la loi pour dire qu'il est possible de construire n'importe comment. Le principe deux poids-deux mesures est poussé à son paroxysme à Pornic. On empêche une personne peu influente économiquement d'ajouter un étage à sa maison. Par contre, on ouvre grand les portes à un promoteur immobilier copain pour qu'il construise un bâtiment en contradiction totale avec les décisions précédentes. La vie est tellement plus belle à Pornic quand on a les arguments en espèces sonnantes et trébuchantes.

Le syndrome NDDL est à l'oeuvre depuis longtemps à Pornic. La contestation augmente jour après jour. Le clash se fera t-il dans la rue ou dans les urnes ?

Que pense Pornic Ensemble Autrement de cette nouvelle affaire pornicaise ?


 Commentaire n° 3707
 
 
 
 
 

  Saisir un nouveau commentaire
    remonter en haut de page pour voir le sujet d'actualité

    Donner votre avis sur le sujet d'actualité :

    Votre nom / pseudo (obligatoire) :

    Votre mail (facultatif, sera visible) :

    Votre Message :

            


    Conseils et astuces de saisie :

      Délimitez votre texte avec les 'balises' suivantes pour :
      - afficher du texte en 'gras' : [b] texte en gras [/b]
      - afficher du texte en 'italique' : [i] texte en italique [/i]
      - insérer un lien : [url=votre lien commençant par http://...] votre texte [/url]
          exemple : [url=http://www.google.fr] un lien vers google.fr [/url] )
      - modifier la taille du texte: [size=1] texte en petite taille [/size]
          (la taille pouvant évoluer de 1-petit à 5-très grand, 2 étant la valeur par défaut)
      - afficher du texte en 'rouge' : [color=rouge] texte en rouge [/color]
          (autres couleurs dispo : vert, bleu, vertclair, cyan, orange, gris, grisclair)
      Les combinaisons sont possibles :
          exemple : [color=rouge][i][size=1] texte en rouge,en italique et en petite taille [/size][/i][/color]


    Réglement

      Seront supprimés les commentaires :
      - n'ayant aucun rapport avec le sujet d'actualité
      - injurieux et portant atteinte à la vie privée des personnes
      - contraire à la morale



Notre partenaire :  Taxi Bouyer  (cliquez sur le bandeau)
 


  ACCUEIL   ACTUALITES   AGENDA   INTERVIEW   PHOTOS   VIDEOS   REFERENCEMENT   Espace Publicitaire   i-pornic.com   

Cette page a été vue 32182 fois   (2017-10-23 13:51:08   -  6 / 115 / 15141)    + de stats.